TEDxVersaillesGrandParc

15 juin
2019

Thibaut Gress

La transmission, le lien entre passé, présent et avenir

Penser la transmission et la tradition, c’est penser la possibilité d’établir une chaîne des temps par laquelle, en dépit du passage du temps, quelque chose de l’ordre du sens et de la légitimité se trouve tout à la fois conservé et sans cesse réactualisé. Quant à l’innovation, elle fut durant des siècles pensée comme un retour aux sources ou comme une re-naissance rendue possible par le souvenir de la tradition. Mais, aujourd’hui, nous entendons à travers la notion d’innovation essentiellement l’idée d’une nouveauté radicale, sans lien avec un quelconque retour à l’origine. Cette nouvelle entente de l’innovation a valeur de symptôme, celui du bouleversement de notre rapport à la transmission et à la tradition devenues problématiques – raison pour laquelle nous devrons questionner leur place en démocratie et non plus les considérer comme d’évidentes nécessités.



Thibaut Gress est agrégé et docteur en Philosophie. Auteur de 6 ouvrages consacrés à Descartes, et d’une étude de philosophie de l’art articulée autour de la peinture renaissante italienne (L’œil et l’intelligible), il dirige la revue Actu-Philosophia et vient de publier une édition des œuvres complètes de Spinoza dans la collection « Bouquins » de Robert Laffont. Il est également l’auteur de six volumes de Balades philosophiques à Paris, présentant depuis le Moyen Age et jusqu’au XXè siècle les domiciles des philosophes européens à Paris. 
Il s’interroge depuis peu sur l’usage des nouvelles technologies et leur impact sur l’avenir concret des hommes. Qu’il s’agisse du transhumanisme, des technologies blockchain ou encore de la conquête spatiale, il réfléchit aux nouveaux modes d’existence humains et à ses bouleversements.

Sabine Raynal

Le parfum, ou l’art de se laisser mener par le bout du nez

L’odorat est le sens que nous utilisons le plus, même sans en avoir toujours pleinement conscience. Dans l’histoire de l’humanité, le parfum a occupé plusieurs fonctions, d’hygiène, de rituel et de séduction et régit ainsi notre relation à nous-même, au Divin et à l’autre. L’olfaction, l’odorat en action, joue un rôle essentiel dans nombre d’activités humaines notamment dans le domaine médical, mais elle règne en maître dans l’art de la parfumerie, surtout depuis Louis XIV – le roi le plus parfumé de France ! Découvrir l’olfaction  et son impact majeur dans notre quotidien, c’est aussi s’intéresser à l’éducation de ce sens pour former les futurs parfumeurs.
 

Sabine Raynal, Isipca, a participe aux développements de nombreux parfums tant en fine fragrance qu'en marketing dit olfactif, son parcours s'oriente également vers un accompagnement humain avec une implication dans la thérapie en milieu hospitalier grace aux odeurs. Elle choisit de travailler dans la transmission des expériences et des savoirs, en devenant enseignante à l'ISIPCA depuis maintenant plus de dix ans : elle y partage sa passion et son expérience avec les futurs professionnels de la parfumerie. Créée en 1970 par Jean-Jacques Guerlain et implantée à Versailles, ISIPCA, Institut Supérieur International du Parfum, de la Cosmétique et des Arômes est l’école de référence mondiale dans le secteur du Parfum 

Rémi du Chalard

L’innovation technologique au secours des non-voyants

Imaginez qu’un aveugle puisse se déplacer sans son chien et sa canne, qu’il évite petits et gros
obstacles sans difficultés, chez lui, dans la rue, les oreilles et les mains libres… L’idée n’est pas
nouvelle, elle a été lancée par un neuroscientifique américain Paul Bach y Rita dans les années 1980
qui a travaillé sur la transposition du sens de la vue en celui du toucher. Nous sommes repartis de ces
travaux pour créer un sens supplémentaire en utilisant les nouvelles technologies digitales.
Imaginez un nouveau sens pour les personnes malvoyantes ou aveugles à l’instar du sonar du
dauphin ou des moustaches du chat.



Passionné de technologie ; de jeux vidéo et entrepreneur dans l’âme, Rémi du Chalard a créé l’entreprise Artha France dès sa sortie d’école d’ingénieur pour mettre en œuvre son projet étudiant “6ème sens”. Son projet a reçu le soutien de son école Isep et a été récompensé par le prix Étudiant Sopra Steria - Fondation de France. Ces récompenses viennent valider son intuition qu’une solution technologique pourrait bouleverser la vie des personnes malvoyantes ou aveugles. Sa start-up, il l’a voulu d’utilité sociale. Son objectif : Aider les personnes aveugles ou atteint de profondes malvoyances.

Gabriel Urgell Reyes

Quel musicien classique pour le 21 éme siècle ?

Le secteur de la musique classique souffre parfois d’une image poussiéreuse, édulcorée, cloisonnée, tandis que de nombreuses productions et initiatives audacieuses y apportent un ferme contredit. Promouvoir la diversité dans mes concerts, productions et en pédagogie, avec des programmes faisant se côtoyer classiques européens et latino-américains, des projets artistiques transversaux (musique, arts visuels, poésie...) et des compositions électroacoustiques, s’est imposé à moi comme la meilleure solution pour éveiller la curiosité du public, favoriser le dialogue entre les cultures et créer une synergie intergénérationnelle dans le partage de la musique, tout en abattant les cloisons entre classique et populaire. Cette démarche interroge la figure du musicien du 21e siècle et contribue à élargir les contours de la création artistique, ainsi qu’à redéfinir les rapports qui s’établissent entre l’artiste et son public, dans un contexte de développement fulgurant des nouvelles technologies.



Pianiste, compositeur, producteur et professeur de piano au conservatoire de Versailles Grand Parc, Gabriel Urgell Reyes vivifie les codes du milieu classique européen avec l’apport de méthodes et d’un répertoire latino-américains, et plus particulièrement de Cuba - dont il est originaire -, et des nouvelles technologies. Issu de l’Institut Supérieur d’Art de La Havane, du Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris et lauréat de nombreux concours internationaux, ses projets exigeants sont suivis par les médias spécialisés (Classica, France Musique, RFI...) et régulièrement récompensés (Diapason d’Or 2015...). En 2018, il co-fonde Capita & Navia, maison de production artistique qui donne corps à ses projets transversaux et qu’il inaugure avec une exposition-concert à la Fondation Brownstone Paris.

Matthieu Witvoet

Déchets plastiques : comment innover pour y survivre ?

J’ai 25 ans et je refuse de croire à la fin du monde. 
Dans les 50 dernières années, l’impact de notre consommation a causé la disparition de plus d’une espèce sur deux. Si nous continuons dans cette lancée, dans 30 ans, nous serons 10 milliards sur terre à vivre avec des océans remplis de plastiques, des forêts primaires coupées et des villes submergées, certains parlent même d’effondrement de l’humanité.
Mais à travers le monde, j’ai eu l’occasion de rencontrer plus d’une centaine de solutions qui me donnent de l'espoir. De la politique environnementale du Rwanda jusqu’aux bioplastiques en Indonésie, je suis ici pour témoigner de ces initiatives locales et expliquer comment nous pouvons nous en inspirer pour survivre.   
 

C’est au cinéma, devant le film Demain que Matthieu prend conscience que partout, des gens changent le monde
Inspiré par ces récits et à la suite de ses études de commerce en Angleterre, il rejoint l’association Ashoka pour y développer le réseau de Changemaker Schools. 
Avec son cousin, il est ensuite rattrapé par un rêve d’enfant : faire un tour du monde en vélo sur les solutions face aux déchets plastiques. Ensemble, durant un, ils pédalent 18 000 km sur 5 continents pour promouvoir les solutions découvertes à travers la web série Cycle to Recycle Plastic. De retour en France il rejoint le réseau Circul’R pour aider les initiatives rencontrés à se developper.

Philippe Chomaz

La 3éme révolution quantique est là ! après l’atome et l’information, les mondes parallèles ?

Mécanique Newtonienne, électromagnétisme Maxwellien, thermodynamique et entropie de Clausius … en 1900, la physique était belle et semblait achevée ! Il ne restait que quelques « petits nuages dans le ciel bleu de la physique » disait alors Lord Kelvin devant la Royal Institution of Great Britain. Ces petits nuages allaient devenir une véritable tempête qui au XXe siècle emporta tout sur son passage. Le premier allait imposer que la lumière est granulaire, composée de corpuscules, les photons. Et la seconde, que les électrons dans les atomes sont des ondes. Le monde n’était plus que dualité onde et corpuscule. L’Univers était devenu quantique ! Cette révolution de la physique fait, dans la seconde moitié du XX siècle, basculer notre société dans une nouvelle ère : celle de l’information. La mécanique quantique enfantera du transistor et du laser qui seront la porte vers l’ordinateur et la communication. Et ainsi tout devint possible : internet, algorithmes, intelligence artificielle …  Mais dans les laboratoires du monde entier les chercheurs préparent une troisième révolution quantique en s’appuyant sur les propriétés les plus extraordinaires du monde quantique telle la superposition, la non-localité, l’intrication. Ordinateur quantique, téléportation, senseur ultimes … vont-ils ouvrir la boite du chat de Schrödinger ?



A 20 ans Philippe Chomaz plonge dans le monde quantique. A l’Ecole Normale Supérieure ses profs sont les futurs Nobels quantique. A 24 ans il passe sa thèse sur les vibrations quantiques du noyau atomique et entre au CNRS. A 30 ans il ira à Berkeley pour voir si les Beatniks sont quantiques puis rejoindra le CEA à son retour en France. Il y étudiera les états quantiques, les dynamiques quantiques et les phases quantiques des noyaux atomiques, des agrégats métalliques et des condensats de Bose. Aujourd’hui il est directeur scientifique au CEA. L’une de ses priorités : tout faire pour que l’ordinateur quantique devienne une réalité !

Laurent Turcot

Donner aux jeunes le goût de l’histoire par les jeux vidéo

Imaginez-vous dans le Paris de la Révolution Française, dans le Château de Versailles en train de piller la galerie des glaces à la recherche des trésors accumulés par Louis XVI. C’est possible grâce aux jeux vidéo qui vous font rentrer dans la peau des personnages de l’époque. Ce principe de donner à voir l’histoire, de donner envie aux jeunes de s’y plonger pour découvrir le passé de nos sociétés afin de comprendre le monde d’aujourd’hui et se projeter dans l’avenir, c’est la mission que s’est fixée l’historien canadien Laurent Turcot en utilisant les nouveaux médias et en participant à la conception de ces jeux vidéo. Il va nous emporter dans ce processus de conception de jeu historique et de vidéos sur l’histoire qu’il diffuse sur les chaînes du web pour nous faire toucher du doigt la puissance de cette démarche et son efficacité.



Laurent Turcot est un spécialiste de l’histoire culturelle européenne et transatlantique. Il est reconnu internationalement pour ses travaux portant sur les rapports entre société, sports et loisirs. Il a récemment été admis au Collège des nouveaux chercheurs de la Société royale du Canada. Il a cofondé le Laboratoire sur l’histoire de la pensée moderne et le Groupe de recherche en histoire des sociabilités. Il dirige la Chaire de recherche du Canada en histoire des loisirs et des divertissements. Reconnu comme l'un des communicateurs les plus talentueux de sa génération, il intervient régulièrement  à la télévision canadienne, afin d'assurer la transmission de l'histoire au plus grand nombre. Sa curiosité insatiable, sa culture historique très large, son sens de la synthèse et de l'humour font de lui une référence désormais incontournable dans le domaine. Il est l’auteur de nombreux livres d’histoire ainsi que d’une série de romans historiques

Cécile Rault

Génération Lully ou la musique baroque au service de l'inclusion culturelle

Intéressée par la relation entre patrimoine et public, elle met en relation des acteurs différents pour un même but : faciliter la relation à la culture et construire un projet artistique. Elle a plusieurs années d'expérience de production et de communication dans le secteur du spectacle vivant et elle a également travaillé à la promotion du français et de la culture française à l'étranger et en France. Elle sera parmi nous pour transmettre le patrimoine de la musique baroque et son implication dans l’action culturelle au service de l’inclusion.



Responsable de l'Action culturelle au Centre de musique baroque de Versailles, j'y conçois et mène des projets d'action culturelle avec les partenaires sociaux, éducatifs et culturels du territoire pour faire découvrir et interpréter le patrimoine musical et artistique français des 17 et 18e siècles.

Patrick Bourdet

Les plus grands héritages sont intangibles

Mon histoire a commencé dans des conditions tragiques et s’est poursuivie dans la barbarie. La misère a nourri mon enfance et mon adolescence. J’ai grandi dans une cabane forestière insalubre, sans eau ni électricité, partageant mon quotidien avec ma mère alcoolique et ses compagnons violents. J’ai commencé à travailler à 12 ans, j’ai été balayeur, puis ouvrier. J’ai gravi un à un tous les échelons, en étudiant dans des écoles de plus en plus prestigieuses. J’ai eu l’audace de croire que certains déchets radioactifs de l’usine dans laquelle je travaillais pourraient permettre de lutter contre le cancer. J’ai pu développer cette idée aux USA où j’ai été expatrié pendant 8 ans. Au fil du temps, j’ai compris quelles stratégies j’avais dû mettre en œuvre pour advenir et combien mon histoire a structuré ma relation au monde. J’ai déconstruit ce qui m’avait été transmis et j’ai tout transformé.. Également devenu thérapeute, j’aide aujourd’hui les autres à s’accomplir et je transmets l’espoir. Nous n’échappons pas à nos histoires mais grâce à la compréhension de nous-même, grâce au courage, grâce à nos sauveurs, tel des alchimistes, nous pouvons nous transformer, nous pouvons transformer nos histoires, influencer nos trajectoires et finir peut-être un jour par modéliser ce que nous voudrions transmettre.

 
Surnommé « l’enfant de la forêt » par certains grands médias, Patrick Bourdet est orphelin de l’assistance publique. Initialement titulaire d’un CAP de mécanicien auto, il travaille déjà à l’âge de 14 ans. Il est balayeur à 17 ans, puis ouvrier, technicien, ingénieur etc... et ne cesse d’étudier en parallèle de son évolution professionnelle. Infatigable Intrapreneur, il fonde AREVA Med (Orano Med), la filiale médicale du groupe Orano qu’il dirige pendant 10 ans, dont 8 depuis les USA ou AREVA Med est récompensée pour ses innovations par la fondation Bill Clinton, à New York. Contre-exemple du déterminisme social, Chevalier dans l’Ordre De La Légion d’Honneur, et « humaniste viscéral », il est auteur du best-seller « rien n’est joué d’avance ». Il est aujourd’hui coach, gestalt thérapeute et Président d’Olivaie-Consulting, un cabinet de conseils spécialisé dans l’évolution et l’accompagnement des dirigeants et la performance des organisations.
Haut de page